PLan du site [HISTOIRE DE L'ECRITURE] Histoire de l'écriture, histoire de l'art   Brigitte Tschamper créations internet, infographisme
  [HISTOIRE DE L'ART]
HISTOIRE DE L'ECRITURE: de l'écriture cunéiforme à la PAO
HISTOIRE DE L'ART PICTURAL: des peintures rupestres au Pop'art
  L'art préhistorique ou pariétal L'art égyptien L'art mésopostamien L'art crétois
  L'art Grec L'art à Rome L'époque paléochrétienne    
  Le moyen-âge La Renaissance L'art baroque Le rococo
  Le néoclassique Le Romantisme Le mouvement Réaliste    
  Les Impressionnistes
LES ...ISMES!
L'art contemporain    
DES ANNÉES 1990 à nos jours            
[Créations] [Infographies]   [Contact] [Bibliographie][Liens]        

Le Symbolisme Le Fauvisme Le Cubisme L'Art Nouveau Le Dadaïsme Le Surréalisme

[Le Dadaïsme]      
Le Dadaïsme surgit après les destructions de la Première Guerre Mondiale. Il défend une attitude négative pour tout ce que produit la civilisation belliqueuse que contemplent les artistes du groupe "Dada".
Dada est la négation de la transcendance. Le mot dada, en français, appartient au langage infantile et signifie "cheval"; mais pour les artistes qui fréquentent le café "Voltaire" à Zurich entre 1915 et 1922, [Dada est n'importe quoi]. les dadaïstes ont en commun le goût de l'absurde, du non- sens, de la provocation et de l'humour.
Mais Dada, c'est aussi [une immense révolte contre la guerre] : la guerre détruit, dada veut détruire l'ordre établi qui n'a pas su empêcher le massacre. La guerre a utilisé le progrés technique à des fins destructrices, Dada dénonce la machine, cette invention de l'homme, qui s'est retournée contre lui.
Cette prétention révolutionnaire fait du dadaïsme un mouvement anti-art.
Ses membres faisaient appel, par exemple, à des matériaux inhabituels pour créer leurs oeuvres d'art.
Ce mouvement met en avant un esprit mutin et caustique, un jeu avec les convenances et les conventions, son rejet de la raison et de la logique, et marque avec son extravagance notoire sa dérision des traditions et son art très engagé. Les artistes se voulaient irrespectueux, extravagants en affichant un mépris total envers les « vieilleries » du passé. Ils recherchaient à atteindre la plus grande liberté d'expression, en utilisant tout matériaux et supports possible. Ils avaient pour but de provoquer, et d'amener le spectateur à réfléchir sur les fondements de la société. Ils recherchaient également cette liberté dans le langage, qu'ils aimaient lyrique et hétéroclite.

Man Ray - autoportrait -1916

Photographe, peintre et cinéaste,
Man Ray exploita toute l'audace dont il était capable et mit la technique au service de l'inventivité.
Ses techniques de créations lui ont sans cesse valu notoriété.


[Le Surréalisme]    
Issu d’une rupture avec le mouvement Dada en 1922, le Surréalisme était à l’origine un projet essentiellement littéraire, mais fut rapidement adapté aux arts visuels (la peinture, la sculpture, la photographie, le cinéma).
C'est en 1924, avec l'écrivain français André Breton et son manifeste surréaliste, que le Surréalisme devient un mouvement.
Selon la définition qu'il en donne, le surréalisme est un [automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée]. Il s’agit donc d’une véritable « dictée de la pensée », composée « en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique et morale ».
Le surréalisme dans les arts plastiques prolongea une tradition picturale où la rêverie, le fantastique, le symbolique, l’allégorique, le merveilleux et les mythes ont une part importante. L’onirique, le choc visuel produit par la juxtaposition d’images ou d’objets incongrus, mais toujours agencés dans une production signifiante, sont l’un des fondements de la poétique surréaliste.
Dès 1924, Max Ernst, Jean Arp et Man Ray adhérèrent au mouvement. Ils furent rapidement rejoints par André Masson et par Joan Miró. Parmi les derniers adhérents du groupe figurent encore l’Américain Yves Tanguy, le Belge René Magritte, le Suisse Alberto Giacometti, ainsi que le peintre espagnol Salvador Dalí, qui rejoignit le mouvement surréaliste en 1930.

Salvador Dalí, Persistance de la mémoire, 1931.